La mort fait partie de ces sujets tabous que l’on ne sait pas comment aborder avec les enfants. On a toujours peur de ne pas employer les bons termes ou de les traumatiser. A partir de quel âge peuvent-ils comprendre cette notion et comment aborder ce douloureux sujet ? Comment expliquer la mort à un enfant ?

Expliquer la mort aux enfants, à quel âge et par quel moyen ?

A partir de quel âge peut-on parler de mort à un enfant ?

Expliquer la mort à 3 ans n’est pas la même chose que le faire quand votre enfant est plus grand. Lorsqu’il est petit, un enfant perçoit la mort au niveau des sens. En effet, c’est alors la voix, le toucher ou l’image de la personne disparue qui vont alors lui manquer de manière significative. En grandissant, l’idée de la mort se développe notamment lorsque celui-ci est amené à perdre un animal domestique. Entre 4 et 6 ans, l’enfant sort de son monde imaginaire pour rentrer pleinement dans la réalité. C’est également à partir de cette même période que vous pouvez commencer à lui parler de la mort.

Comment aborder le thème de la mort avec l’enfant ?

Comment annoncer la mort à un enfant ? La mort et les enfants sont deux thèmes opposés. En effet, ces derniers sont souvent bercés par de doux rêves alors que la mort rappelle brutalement à la réalité et à nos conditions humaines. Comment parler de la mort en maternelle ? Si possible, n’attendez pas qu’un drame arrive pour avoir une discussion sur le sujet au calme avec votre enfant. Laisser le dialogue entièrement ouvert dans une famille est le meilleur moyen pour que les enfants se sentent à l’aise avec n’importe quel sujet.

Selon l’âge de votre fils ou de votre fille, les mots employés ne devront pas être les mêmes. Comment parler de la mort à 3 ans? Vous pouvez par exemple vous aider de livres et d’images pour lui faire passer le message sans le traumatiser. Lorsqu’il est en âge de comprendre, vous pouvez lui parler comme à un adulte tout en cherchant à le rassurer. Il doit effectivement comprendre que vous, ses parents, êtes présents pour lui s’il a besoin d’en parler en retour. Cependant, n’hésitez pas à lui dire que vous n’avez pas réponse à tout et que vous ne savez pas ce qu’il se passe après la mort par exemple.

Peur de la mort chez l’enfant, comment y faire face ?

Est-ce que l’enfant doit venir avec vous à l’enterrement ?

Un enterrement est souvent vu comme un endroit où seuls les adultes ont leur place. Cependant, cela lui permet également d’affronter la réalité et d’être soutenu par sa famille et ses proches. Le fait d’y assister favorise le début du processus de deuil. Au contraire, le laisser à la maison pourrait avoir l’effet d’augmenter l’angoisse de mort chez l’enfant et que ce dernier se sente encore plus mal. Expliquez-lui qu’il a le droit d’aborder le sujet, de pleurer et d’être triste.

Comment l’aider à faire son deuil ?

Chaque enfant réagit différemment face à la mort en fonction de son âge et de son caractère. Le lien qu’il ou elle avait avec la personne décédée rentre également en considération dans la façon de digérer la nouvelle et pouvoir passer à autre chose. Les réactions des enfants peuvent différer. Parfois, ce dernier ne semble pas réagir. Dans d’autres cas, vous pouvez voir une différence au niveau de comportement, de l’école.

Il est primordial d’être à l’écoute en tant que parent et d’éviter la peur de la mort enfant en mettant des mots sur ses sentiments et la situation. Un livre comme « Parler de la mort » de Françoise dolto peut être un des outils utiles pour aborder ce sujet. L’objectif est d’avoir une démarche éducative et de redonner confiance à l’enfant. Enfin, une aide professionnelle extérieure peut être nécessaire si la situation ne s’améliore pas à la suite de l’enterrement de la personne disparue.

ESPACE ANNONCEUR