On parle aujourd’hui du terrible two comme un phénomène qui fait peur à tous les parents. Que se cache-t-il derrière ces mots ? Pourquoi l’âge de 2 ans est qualifié de « terrible » ? Rentrons sans attendre dans le vif du sujet.

Le terrible two, qu’est-ce que c’est ?

Définition

Le terrible two, c’est quoi ? Il s’agit de la première véritable crise de l’enfant. Son nom vient tout simplement du fait que cela se déroule aux alentours des 2 ans. La durée est variable puisque cela peut perdurer jusqu’à 3 ans. C’est l’une des deux grandes crises que peut faire un enfant avec celle liée à l’adolescence. A partir de 1 an, votre bébé commence à marcher et à parler.

Dès l’âge de 15 mois, il prend petit à petit conscience de sa nouvelle indépendance même s’il ne maîtrise pas encore tous ses gestes. C’est cette frustration accompagnée d’une mauvaise gestion des sentiments qui va le mettre dans une colère incontrôlable avec les cris et les larmes qui vont en conséquence. L’enfant peut parfois également vouloir mordre ou bousculer un peu ses parents. Il va aller en opposition à la discipline que vous avez établie et va se mettre à crier à la moindre contrariété. Enfin, le terrible two peut agir sur le repas et le sommeil du petit et perturber le moment calme du coucher.

Quelle est l’origine de ce phénomène ?

La cause du terrible two s’explique avec le développement de la conscience de l’enfant comme personne à part entière qui peut faire ses choix et s’opposer aux décisions des autres. Cet âge de 2 ans est aussi à mettre en lien avec la maturation du cerveau de l’enfant et avec le fait que la colère ne soit pas forcément contrôlable pour le petit. Effectivement, il est alors dépassé par la situation et il réagit comme il le peut sur le moment. Il désire également être le centre de votre attention et vous tester. 

Comment réagir pour les parents ?

Que faire face à cette situation ?

Quelles sont les solutions ? Tout d’abord, commencez par relativiser : cela n’est qu’un moment passager à traverser.  Vous devez à tout prix faire preuve de bienveillance et garder votre calme malgré votre potentielle fatigue nerveuse. Ne vous rendez pas coupable de ce qui arrive. C’est un moment difficile à passer mais qui n’a rien à voir avec vous et le fait d’être de bons parents.

Prenez le temps d’écouter et de rassurer l’enfant afin de le calmer le mieux possible. N’hésitez pas à lui dire que cela est également compliqué à vivre pour vous même si vous comprenez ce qu’il ressent. Ne lui mentez pas. En effet, il est important de lui expliquer les choses simplement et de le responsabiliser. Laissez-le s’exprimer afin qu’il puisse évacuer le plus possible la tension tout en restant ferme et en posant des limites et des règles dès le début. Enfin, vous pouvez aussi faire appel à la méthode Montessori qui se base sur la sensibilité et l’apprentissage de l’enfant.

Comment éviter la crise de nerfs ?

La situation peut rapidement devenir incontrôlable, notamment dans le cas de jumeaux. Si vous êtes épuisée par la situation et envahie par les émotions négatives, n’hésitez pas à vous faire accompagner par votre conjoint mais aussi par des amis ou encore un médecin si nécessaire. L’objectif est de rester calme, de pouvoir dormir suffisamment et d’accompagner votre enfant dans les meilleures conditions. 

ESPACE ANNONCEUR