L’ amniocentèse est un examen médical qui peut vous être prescrit par votre médecin pour un diagnostic prénatal. Pas de raison de paniquer : souvent, votre médecin la préconise simplement pour lever un doute. Comment se déroule une amniocentèse ? À quoi sert-elle ? Regardons ensemble de plus près en quoi consiste cette procédure.

L’amniocentèse : qu’est-ce-que c’est ?

Définition

L’amniocentèse consiste à prélever du liquide amniotique, au cours d’une grossesse, pour établir le caryotype du foetus et détecter certaines anomalies.

Déroulement

Cette procédure médicale est possible à partir de la 15ème semaine de grossesse et se réalise sous contrôle échographique continu. Le médecin introduit une aiguille très fine dans le ventre de la mère afin de prélever 15 à 20 mL de liquide amniotique, qui sera ensuite envoyé à un laboratoire spécialisé pour analyse. Les résultats vous seront délivrés sous deux semaines. Ce geste ne nécessite pas d’anesthésie.

 Infos pratiques

Bon à savoir : si elle est prescrite par votre médecin et que vous avez plus de 38 ans, l’amniocentèse est entièrement prise en charge par la sécurité sociale. Dans les autres cas, la Sécurité Sociale prend une charge une partie des frais et votre complémentaire santé pourra intervenir pour réduire le montant restant. Le coût peut varier entre 400€ et 850€ selon le médecin et l’établissement.

L’amniocentèse : à quoi sert – elle ?

L’amniocentèse peut vous être prescrite par votre médecin quand il suspecte une irrégularité.

Quand la pratiquer ?Amniocentèse

Il existe différents cas dans lesquels vous pouvez être amenée à effectuer une amniocentèse :

  •  En cas de grossesse tardive (après 38 ans)
  • En cas d’antécédents familiaux de maladies graves
  • En cas de clarté nucale anormale du foetus
  • En cas de contamination par la toxoplasmose
  • En cas de malformations ou retard de croissance du foetus

Les anomalies qu’elle révèle

L’étude des chromosomes et parfois des gênes du foetus permet de détecter certaines pathologies et malformations.

 La trisomie 21

En cas de suspicion de trisomie 21, c’est l’amniocentèse qui permettra de confirmer le diagnostic en étudiant chaque paire de chromosomes. Si un troisième chromosome est détecté sur la paire 21, le diagnostic est sans appel : le foetus est atteint de trisomie 21.

 Les maladies génétiques

L’étude des gênes à l’intérieur des chromosomes permet de mettre en évidence certaines maladies génétiques comme la mucoviscidose ou la myopathie.

Les malformations

L’amniocentèse permettra également de déceler certaines malformations comme le « spina-bifida », développement incomplet de la colonne vertébrale souvent occasionné par une carence en acide folique lors de la grossesse.

La toxoplasmose

En cas de toxoplasmose avérée, un traitement vous est prescrit. L’amniocentèse permettra de vérifier que le foetus n’est pas infecté.

L’amniocentèse : est-ce sans risque ?

Les risques de complications suite à l’amniocentèse sont très faibles mais dans certains cas exceptionnels (0,5% à 1% des cas) il peut s’en suivre une fausse couche. Cela peut être dû à une perte importante de liquide amniotique ou à une infection ovulaire.

Conseil de la sage-femme: Pour éviter les complications (bien que rares), prévoyez le jour de l’amniocentèse de ne pas travailler et de rester au repos.

Article révisé et validé par Jasmine Caillibotte, sage femme diplômée

ESPACE ANNONCEUR